Qui

 

Qui !
Pour nous mortels une syllabe suffit,
l’angoisse est devenue le ciel.
Comme un accord parfait de songe en songe,
espace où nous pouvons regarder
se mouvoir nos pensées en tracés lumineux.
Alors l’épée de l’esprit remue spontanément les cieux,
nous l’aiguisons courbée sur une roue invisible,
jusqu’au jour ou presque à notre insu,
transpercés nous louons sa puissance.

Ce texte figure dans ces disques :

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




*