Champ de blé à midi

 

 

Je suivais pas à pas
des chevaux de labour,
nous allions lentement,
ensemble à la fatigue.
Que pourrait le soleil
que je ne puisse un jour.
Je longeais pas à pas
lentement l’océan,
je l’entendais hurler
et menacer la digue.
Que pourrait l’océan
que je ne puisse un jour.

 

Ce texte figure dans ces disques :

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




*