Vingt-deux Instants ou faces d’une croix

 

Tendre et multiple sensible univers,
en ton éternité ne connaîtrais-je,
Ta vie intérieure est aussi la mienne,
et ma conscience aspire à ta conscience,
Par un seul feu l’absolu nous pénètre
tendre et multiple sensible univers,
illimité, masse éclats ou sommeil
Vingt-deux Instants ou faces d’une croix,
cela dépend du degré de lumière.
Oh ! Hiérarchies du présent que je vis

Que ma joie de servir à quelque immense
inconcevable tâches
à la mesure
de votre amour

pénètre ma douleur
et vive en l’exaltant de sa substance.

Et moins connue de vous O Hiérarchies,
que ma douleur comme un être vivant,
aime, comprenne et justifie ma joie.

Dieu que tu sois presque absent de ma vie,
cela m’oblige à te penser sans cesse
tendre et multiple sensible univers.
Assez absent pour que je puisse un jour,
sans le secours d’aucune forme
avoir la vision soudain de Ton essence.

Mais assez dans mon vide Etincelant,
pour que je puisse aussi obscurément
que je T’avais pressenti dans mon coeur.
Vingt-deux Instants ou faces d’une croix,
en Toi me retrouver et me sentir,
et par l’amour de Toi comme on savoure un fruit,
mourir et goûter à moi-même
tendre et multiple sensible univers.

 

Ce texte figure dans ces disques :

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




*