Souvenir d’enfance d’un barbare

 

Nous partîmes cinq cents
au-delà des montagnes
cinq cents avec les vieux
les femmes et les enfants
nous sommes froid très froid
et puis nous arrivâmes
cinq cents et sans les vieux
mais avec d’autres femmes
Nous vîmes dans la ville
au comble de l’aisance
toute une variété
de gens sans importance
nous eûmes peur très peur
et nous les massacrâmes
Heureux de nous en être
tirés à si bon compte
nous primes au hasard
un souvenir chacun
et redoutant les joies
les dangers des grandes villes
nous fîmes nos bagages
et puis nous repartîmes
Car un barbare aussi
car un barbare aussi
n’est jamais aussi bien
que chez lui.

Ce texte figure dans ces disques :

 

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




*